[Dossier] La conception d’un titan custom : Lux venator

Pour ceux qui suivent mon compte Instagram (Abonnes toi poto et lache un pouce bl... Ha non pardon... Mais vous pouvez vous abandonner quand même !) , vous n'êtes pas sans savoir que je travaille depuis un petit moment sur ce que je considère comme mon projet le plus ambitieux jusque là en terme d'appropriation et de personnalisation de figurine ; le 5ème et dernier titan Reaver pour ma légion Adeptus Titanicus, j'ai nommé Lux Venator.

L'aventure ayant été complète et enrichissante à bien des niveaux, j'ai décidé d'en profiter pour faire un petit dossier détaillant les différentes étapes de sa réalisation ; de sa genèse à sa concrétisation finale.

 

1-L'idée

Ça commence toujours par là : Avoir monté et peint en tout 5 Reavers était un défi intéressant pour une raison simple : il n'existe qu'un seul kit -au demeurant très bien fait- pour le châssis du titan -les 2 variantes de boites proposant juste différentes armes- et je m'étais au défi de proposer au final 5 titans complètement uniques, par leurs looks, leurs attitudes, leurs mises en scène, tout en conservant une cohérence entre eux.
Si ledit kit à le mérite de proposer quelques variantes de têtes et 2 carapaces, il m'en fallait donc 5 différentes de chaque ; j'en avais réalisé 4, à coup de conversions plus ou moins lourdes, et je souhaitais aller plus loin et proposer quelque chose de différent.

J'avais pour ambition de proposer une version de Reaver plus dynamique ; je souhaitais lui donner une silhouette dérangeante, un peu "bossue" (on le voit mal sur les photos, mais il regarde légèrement vers le bas, comme si il cherchait des cibles au sol, même si j'aurais du forcer plus le trait), d'où cette attitude de chasseur inhumain, de prédateur cruel et sans pitié.

J'avais en tête une très vieille illustration d'un Reaver (dont je n'ai hélas pas pu retrouver le nom de l'auteur original) datant de la première version du jeu Epic40K, et dont j'avais décidé de m'inspirer de la posture, qui me semblait correspondre parfaitement à ce que je cherchais à évoquer. Et puis tant qu'à y être, j'avais envie de faire un petit clin d'oeil à cette relique provenue d'une époque lointaine ^^

Titan Reaver
Un temps que les moins de 20 ans...

Ni une ni 2, je prends donc un papier et un crayon, et je griffonne ce que j'imagine pour mon titan en terme de posture générale, mais aussi en terme de "visage".
Pour coller à l'esthétique générale des Reavers, je souhaite conserver leur aspect morbide, mais je veux quelque chose de plus mécanique, de plus inquiétant, destiné à rappeler le lien fort entre ma légion et l'Adeptus Mechanicus de Mars ; Je sais que je veux des lentilles. Plein. Dont une principale, plus imposante.
L'aspect général des filtres à air évoqueront quant à eux un inquiétant crâne grimaçant.

Une fois content du résultat, j'en profite pour prendre les mesures des têtes classiques, histoire d'avoir les bases pour mon travail à venir, et m'assurer que ce que je produirais correspondra en terme de taille.

En ce qui concerne la posture quant à elle, mon Reaver piétinera triomphalement de son pied droit un warhound fraichement abattu, tout en scrutant au loin à la recherche de sa prochaine cible au sol.

2-Le premiers tests de positionnement

Avant toute chose -un croquis restant une idée vague- j'ai besoin de vérifier que la position retenue est :
1/ Réalisable au niveau des pieds, le kit des titans Reavers étant particulièrement complexe à ce niveau, à cause des plaques de protection des pistons des pieds, qui laissent assez peu de latence...

2/ Naturelle et pas contre-productive ; rien de pire qu'une pose ridicule !

Reaver position
A ce stade vous noterez que j'ai déjà réalisé et imprimé le support sur quoi s'appuie mon titan -le warhound abattu- mais que par facilité et pour organiser le présent article, je regrouperais sa réalisation avec le reste dans le chapitre suivant.
Pour les fins observateurs ; Oui, la main est à l'envers ! Pour les besoins du test, j'avais réutilisé une main que j'avais précédemment montée... Mais du mauvais coté !
Je vous laisse imaginer le plaisir de devoir ensuite démonter et remonter un bras complet qui a été collé plusieurs jours auparavant en utilisant largement de la colle plastique, le tout en évitant d'y faire de dégâts visibles !

Après avoir essayé différentes variantes de postures, interverti les bras, testé d'autres armements, je décide de me fixer sur une version définitive ; celle de la photo !
Le seul souci que je rencontre et que je n'avais pas anticipé, c'est la taille que prends le warhound à l'échelle ; impossible de faire tenir et la tête et le bras restant sans devoir sacrifier la posture telle quelle, qui plus est en risquant de manquer de place sur le socle... C'est cette constatation malheureuse qui me poussera par la suite à faire évoluer mon idée, pour au final aboutir sur quelque chose d'encore plus dynamique avec l'idée de la tête fraichement arrachée tenue par le Reaver.

3-La customisation

Pas mal de boulot de ce coté ; si j'ai réalisé quelques conversions légères sur le modèle à proprement parler  -carapace et genouillère droite particulièrement- le gros du travail consistait en la modélisation 3D des éléments que j'imaginais, et leur impression résine (à l'aide d'un Anycubic Photon en 0.3, pour ceux qui demanderaient ^^).

Note importante concernant les pièces réalisées

Ayant fait beaucoup de tests de variantes dont je n'ai plus l'utilité, et en ayant reçu beaucoup la demande, j'ai décidé de mettre en vente les pièces en surplus qui me restent sur les bras histoire de rentabiliser le temps que j'y ai consacré et la résiné utilisée.
Il s'agira d'une très petite série limitée et de pièces par conséquent uniques, n'ayant pas la prétention d'ouvrir une boutique.

Si des gens sont intéressés, ça se passe ici ! 🙂

J'en profite pour remercier chaleureusement l'ami Charlie, qui m'a aidé à modéliser la base de l'épaulette "nue" car sa forme -très spécifique et toute en courbures- dépassait mes maigres compétences ^^

A-L'épave de warhound

Comme indiqué plus tôt, ma première idée consistait en une épave de toute la partie supérieure du Warhound abattu, tête et lance flamme compris. Si le résultat était plutôt chouette et tout a fait utilisable sur un socle un peu plus grand -type socle de Warlord, ou en temps que marqueur d'objectif- le volume de la chose limitait mes possibilités et m'obligeait à des concessions dont je ne voulais pas, et ce malgré mes différents tests : incliné d'un coté ou de l'autre, avec une arme amovible pour tester avec et sans...

C'est donc de cette observation qui a fait évoluer la mise en scène originale ; le warhound à moitié enterré dans l'éboulement d'un bâtiment aurait le second bras détruit, et la tête arrachée, tenue en main par le Reaver !
De cette façon je réglait mon problème d'espace, tout en rajoutant une dimension narrative à la posture du Reaver !

Fort de cette décision, j'adaptais donc mon modèle à une version décapitée plus simple !

B-Les épaulettes

En me basant sur le travail réalisé par Charlie, je décidais ensuite de réaliser plusieurs variantes d'épaulettes ; j'avais en tête plusieurs modèles que je m'empressais de réaliser, sans savoir quelles versions je retiendrais pour cette figurine en particulier.

Je réalise donc un modèle "clouté", un modèle avec des "plots" cylindriques, et un modèle avec un marquage que j'utilise régulièrement sur mes titans -un crâne entouré de lauriers- que je décline ensuite dans une seconde version sans l'encadrement métallique autour.

C-La tête

Probablement l'élément sur lequel je me suis le plus éclaté ! Plutôt fier du résultat tant il correspond à ce que j'avais en tête, ce qui n'est pas toujours évident ^^
A l'aide des mesures prises plus tôt sur la tête classique d'un Reaver, je modélise en 3D ma pièce en m'inspirant de mon petit croquis.

Je réalise ici également 2 variantes assez proches : l'une où l'appareillage optique imposant est fixé sur le crâne via une plaque métallique, Mechanicus-style, et une version plus simple sans, les optiques sortant directement de la plaque de protection supérieure du crâne.

Après impression et test, des 2 je retiendrais la version la plus simple, celle sans la plaque.

4-Le montage

Après avoir imprimé l'ensemble des pièces et leurs variantes, vient le moment de rassembler l'ensemble, de vérifier que les tailles correspondent et de m'arrêter sur un choix !

J'en profite pour aimanter les bras; le but du jeu reste quand même de pouvoir les jouer et changer de configuration quand ça me chante ! 😉

Une fois la chose faite, je m'occupe de bras et de la tête décapitée ! Pour cela je monte simplement une tête de Warhound en rab (les kits officiels proposant de quoi en monter 4, ça tombe bien !) et -à l'aide de morceaux de fils électriques qui proposent l'avantage d'être suffisamment rigides pour être disposés comme bon me semble et ne pas laisser pendouiller la tête à chaque mouvement- je représenterais les reliquats de câblages arrachés sauvagement et tenus dans le poing du titan.

Tout est prêt : occupons nous donc du socle !

5-Le socle

Je l'ai déjà dit et redit : à mon humble opinion, un socle réussi représente au moins un tiers dans l'impact visuel final d'une figurine ; dans Adeptus Titanicus c'est encore plus vrai du fait de l'échelle de jeu, qui nous permet de réaliser ici de vrais petits dioramas et de raconter une petite histoire pour chaque figurine !

En ce qui concerne la mise en scène, j'ai choisi de représenter la carcasse du Warhound en partie enterrée sous une pile de décombre, comme si ce dernier avait chuté sur un bâtiment.
Ledit bâtiment sera positionné juste en face des restes d'un espace vert qui aura manifestement brulé, et donc il ne restera que des troncs d'arbres noircis et une terre aride.

Je commence donc par positionner des ruines, les restes du bâtiments, et je saupoudre le tout de sable et de briquettes de modélisme, avant d'y appliquer de la colle PVA liquide pour sceller le tout.
J'applique également de la pâte texturante craquelée pour le sol aride, et je m'en vais dans mon jardin en quête de brindilles pouvant évoquer des troncs calcinés.

J'en profite pour modéliser la partie du sol défoncée par le poids du titan avec du Greenstuff que je sculpte sommairement.

Je peins et brosse ensuite les surfaces sèches, et m'occupe de la carcasse que je souhaite rouillée sous son reliquat de peinture ; je travaille donc à la peinture à l'huile, comme déjà abordé ici, puis je m'occupe -après avoir appliqué du liquide de "chipping"- à la surcouche de peinture que j'"arracherais" ensuite par endroit.

Je termine enfin par l'application des pigments secs pour évoquer l'aspect poussiéreux du sol aride et des décombres.

Le socle est maintenant prêt à recevoir le titan ; ne reste donc plus qu'à se charger de ce dernier !

6-Peinture et assemblage

L'objectif n'étant pas de faire un pas à pas peinture à proprement parler, je vous ferais grâce des détails précis pour me contenter des grandes étapes du travail ; comme à mon habitude, je m'occupe d'abord du squelette métallique du titan ; c'est très rapide, je fais ça en quelques secondes avec mon aérographe, puis je m'emploie à ombrer et ternir l'ensemble à grand coup de lavis noir.
Une fois le lavis sec, je passe quelques glacis marrons/jaunes pour évoquer la graisse sur les pistons et éléments mobiles (on peut par exemple le voir au niveau de la partie supérieure des jambes), puis je lustre d'autres parties à l'aide de pigments métalliques secs.
Pour ceux qui seraient intéressés par la technique en détail, je vous oriente vers cet article où j'avais abordé la question.

Je me charge ensuite des plaques d'armures ; pour gagner du temps je travaille directement sur grappe, me permettant de manipuler et traiter facilement l'ensemble. Là encore je travaille à l'aérographe pour gagner du temps, et l'ensemble est prêt en environ 1H. Je m'attèle ensuite aux "battle damages" ; ces impacts et dégâts dû aux combats, et qui ajoutent crédibilité et vécu à l'ensemble.

Une fois terminé, je pose les décalcomanies que j'ai sélectionné, et je suis prêt pour la suite !
J'assemble enfin les pièces de structure et leurs plaques de blindages.

Ne reste plus qu'à "salir" le bas des jambes pour lier le titan à son socle ; les pieds étant les parties les plus en contact avec le terrain, les obstacles, les décombres et la poussière, il paraît donc logique qu'il s'agisse de la partie la plus rouillée et la plus poussiéreuse. Pour cela, j'applique là également des pigments secs au pinceau qui me permettent de simuler cet aspect rapidement et sans effort.

Pour terminer, je colle la partie inférieure du titan sur son socle, puis la partie supérieure sur le pelvis... Les bras étant aimantés, j'ai juste à la "poser" en position.

7-Le résultat

Et voici le résultat !
Ne reste plus qu'à lui apposer sa plaque nominative, et le tour sera joué !

J'espère que l'article en question vous aura paru aussi intéressant que la réalisation de ce dernier Reaver ; en tout cas moi je me suis bien amusé ! ^^

5 Comments

  1. 8 août 2020
    Reply

    Merci pour cet article ! C’est super de partager un peu toute la procédure qui t’amène à créer cette pièce. Et quelle pièce !

    • VinZ
      8 août 2020
      Reply

      Merci beaucoup ! Je me suis dit qu’au delà du simple tuto peinture, il était peut être intéressant d’explorer le processus créatif derrière un projet ^^

  2. Thieum
    17 août 2020
    Reply

    Super travail! Bravo et merci pour le partage.

  3. 17 août 2020
    Reply

    Très jolie concrétisation depuis le papier jusqu’au dernier coup de vernis ^^

    Effectivement l’objectif de raconter une histoire avec chaque socle est toujours atteint.

    Comment fais tu pour appliquer les pigments « secs » stp ?

    Serviteur,

    • VinZ
      17 août 2020
      Reply

      Merci beaucoup ! ^^
      Pour les pigments, c’est facile ; un pinceau sec, je prends les pigments avec la pointe et j’en pose de petits tas sur les parties qui m’intéressent, puis j' »époussette » ensuite le tout pour dégager le surplus et salir les surfaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

l'auteur Le blog a pour objectif
d’aborder la peinture
sur figurines et l’univers
du jeu de figurine / jeu de plateau en général ; tutoriaux, pas à pas, reviews, bonnes pratiques, tests, tips et astuces…

Si le hobby et la peinture de figurines vous intéressent, si vous voulez partager et échanger à ce sujet, apprendre à peindre rapidement de jolies figurines, découvrir des méthodes pratiques et des tips sympas, vous êtes au bon endroit !

Des sous pour manger svp


Tu as envie de m'aider un peu à produire d'autres tutos ? Tu veux soutenir l'effort de guerre ? Ou tu as simplement trop d'argent ? Tu peux faire un don !

Les prochains figostages

  1. 30SepAtelier peinture HobbyMax
  2. 11OctAtelier Initiation Aérographe

S'abonner au blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.