[Matos] Mon premier aérographe : comment choisir et quoi acheter ?

Il fait froid, il commence à neiger, les pubs niaises pour des jouets inutiles ont envahies le petit écran... C'est sûr, Noël approche ! Et cette année comme les années précédentes, depuis qu'ils se sont démocratisés, je sens qu'on va voir de l'aérographe fleurir sous les sapins.
Problème : pas toujours facile de s'y retrouver devant la quantité de marques, de technologies et d'accessoires plus ou moins utiles !
Au final, comment choisir son aérographe, et quoi acheter avec pour travailler dans de bonnes conditions ?

SOMMAIRE


L'aérographe

Vaste sujet que celui ci ; nombreuses marques et gammes, spécificités techniques pas forcément très claires, prix variables... A quoi faire attention ?

A - Côté technique

On entends souvent parler d'aéro à aspiration et d'aéro à gravité, mais au final, kezako ?
C'est simple, les aérographes dits "A gravité" disposent du godet à peinture au dessus du corps de l'aérographe, la peinture y coulant par gravité (no shit Sherlock !) tandis que les aérographes "A aspiration" disposent de godets démontables SOUS le corps, l'air projeté aspirant la peinture par une pipette au fond du godet !
Si les 2 technologies se valent et proposent chacune leurs avantages et inconvénients respectifs, je préfère pour ma part les aéro à gravité, plus simples d'utilisation.

Aérographe à gravité Avantages / inconvénients des aéros à gravité :

+Facile à démonter et nettoyer ensuite
+Pas de perte de peinture
-Inamovible, donc obligation de faire les mélanges de peintures directement dans le godet
-Nécessite d'être vidé complètement et rincé rapidement entre 2 peintures

Aérographe à aspirationAvantages / inconvénients des aéros à aspiration :

+Possibilité de préparer à l'avance plusieurs godets amovibles avec les peintures : switch rapide entre 2 couleurs
+Réglable : on le met à droite ou a gauche en fonction de ce qui nous arrange
-Plus de nettoyage ensuite
-Gaspillage de peinture

Enfin, point important, on parle souvent d'aérographes simple action ou double action :

  • les modèles simple action libèrent à la fois l’air et la peinture en même temps sans aucune modulation possible.
  • dans nos cas, on privilégiera largement les modèles double action ; ici pas de bouton poussoir, mais une gâchette qui, lorsqu'elle est appuyée, libère l'air comprimé du compresseur, puis en la tirant en arrière tout en restant appuyé, on pulvérise progressivement la peinture, permettant ainsi la maîtrise du jet de peinture et ses modulations.

Pas besoin d’ergoter ici donc, c'est du double action ou rien !

B - Les buses

On trouve différentes tailles de buses sur le marché : à l'achat, l'aérographe est toujours livré avec une buse par défaut (en général du 0.4mm), voire plusieurs : que prendre ?
Tout d'abord, histoire de resituer, la valeur de la buse correspond au diamètre de son ouverture en millimètre ; forcément plus c'est petit plus c'est fin et précis, plus c'est gros, plus la zone de diffusion est large.
Ensuite, la réponse est simple, tout dépend de l'usage prévu pour la bête :

  • Les buses de 0.4mm sont plus destinées à la peinture "de gros" : en gros, si vous faites du véhicule ou de la grosse pièce, c'est parfait !
  • Les buses de 0.15mm ou 0.2mm sont plutôt destinées aux petits pièces : si vous comptez peindre de l'unité individuelle, c'est tout à fait adapté : personnellement la buse de 0.2 est celle que j'utilise le plus couramment, peignant assez peu de gros machins. Attention toutefois aux buses de 0.15 qui sont vraiment très fines, au point de se boucher facilement : préférez du 0.2 qui tiens tout aussi bien le même rôle.

Idéalement, je conseillerais de prendre un modèle 2in1, c'est à dire livré avec 2 buses : du 0.4mm et du 0.2mm (ou 0.15mm) ; en général la différence de prix n'est pas énorme, et ça évite de devoir ensuite commander une buse + aiguille à part avec les frais de port qui vont avec.

C - Les marques

On trouve dans le domaine quantité de marques et de modèles différents : des bidules chinois à 20 balles aux modèles grand luxe à 300 euros...
L'aérographe étant une petite bête fragile mais pratique, la première chose à prendre en compte, c'est la fiabilité du bouzin : si il existe des modèles à pas cher, certains sont loin d'être fiables ou demandent des réglages fins systématiques pour fonctionner correctement (notamment dans les modèles bas de gamme à aspiration)

L'autre facteur important, c'est la facilité à trouver des pièces compatibles et / ou de remplacement ; en effet, vous aurez l'air malin quand vous devrez remplacer un joint sur votre modèle exotique, et que vous devrez importer la pièce du Japon de la seule boutique qui la vends, au prix de l'aéro neuf...

Mieux vaut donc privilégier les marques qui ont pignon sur rue : Paasche, Iwata et Harder-Steenbeck étant à mon sens les plus utilisées et courantes...
Notamment cette dernière marque, très courante et utilisée dans notre hobby, et disposant de plusieurs gammes qui devraient satisfaire toutes les bourses : plus particulièrement leurs gammes Ultra (entrée de gamme, de 70 à 90 euros environ) et Evolution (milieu de gamme, la plus courante à mon sens, située de 110 à 150 euros environ).

Les 2 gammes sont assez proches en terme de performances, les différences se faisant sur les options en plus : l'Ultra étant une version simplifiée de l'Evolution (qui propose des buses démontables, un godet dévissable, et quelques différences de conception), et l'Infinity proposant des options supplémentaires (vise de butée réglable pour régler l'ouverture maximale de la buse, par exemple ; assez gadget à mon sens)

Si je devais en conseiller un je pencherais pour l'aérographe double action par gravitation Evolution two in one ; c'est celui que j'utilise personnellement.
Et si vraiment le budget est serré, l'aérographe double action par gravitation Ultra two in one  : le principal étant qu'il s'agisse d'un modèle double action, si possible en 2in1 (donc livré nativement avec 2 buses : une de 0.4 et l'autre de 0.2).

D - Le budget

Comme je l'ai dit le budget est variable : personnellement, je conseillerais un budget idéal pour le tout (aéro + compresseur + accessoires) situé entre 250 et 300 euros. L'idée étant qu'un aérographe est un investissement durable : purement mécanique, il vous fera toute votre vie si entretenu correctement, et présente peu de risque de panne insoluble 😉 Dans ce cas, autant donc investir pour du matériel de bonne qualité plutôt que de prendre de la camelote et de devoir changer au bout de 6 mois...

 


 

Le compresseur

Le compresseur est la condition sine qua non au fonctionne de notre aérographe : c'est lui qui va générer l'air comprimé qui projettera la peinture !
Comme pour les aérographes, il en existe plein de modèles différents, variants au niveau de plusieurs caractéristiques : bruit, contenance (si à cuve), pression max, etc...
Bien choisir son aérographe, c'est donc aussi bien choisir son compresseur !

A - Avec ou sans cuve ?

Il existe 2 catégories principales : les modèles standard, sans cuve, qui projettent directement l'air produit avec toutes les fluctuations de pression qui vont avec (pas bien, donc), et les modèles avec cuve, qui stockent l'air et garantissent donc une diffusion sans variations, en plus de stocker beaucoup d'air comprimé et de permettre du coup au compresseur de se couper quand la cuve est remplie, réduisant largement son usure et son bruit, ce dernier fonctionnant seulement par intermittence quand la pression est devenue trop basse.

Compresseurs pour aérographe

Disons le clairement : dans notre cas, ce sont les modèles avec cuve qui nous intéressent (sauf si vous voulez un jet fluctuant et erratique, évidemment :D) : personnellement j'utilise un compresseur Air Silver à piston sec sans huile avec cuve de 3 litres que je conseille vivement, d'autant que le rapport qualité prix est intéressant (environ 150 euros seul)

2 choses importantes à prendre en compte : Un compresseur c'est gros (donc difficile à transporter) et bruyant : si jamais le transport et le bruit sont des facteurs importants pour vous, sachez qu'il existe des petits compresseurs transportables et discrets de ce genre ; ça ne vaut pas un compresseur à cuve, mais à défaut de mieux ça fait plutôt bien le taf, et c'est pas très cher.

Une dernière parenthèse importante : idéalement, les compresseurs les plus adaptés à nos étranges activités sont les compresseurs à bain d'huile, qui ont l'avantage de garantir un flux d'air complétement continue, linéaire et maîtrisé, mais qui sont totalement discrets (le bruit d'un compresseur de frigidaire, en gros, puisque c'est de ça qu'il s'agit). Problèmes, ils demandent de l'entretien régulier et sont beaucoup plus chers (400 euros minimum).
Mais disons que si le Père Noël a touché son 13ème mois (voire 14ème) pourquoi pas ; Sinon les modèles cités précédemment feront très largement le boulot.

B - Les combos Aéro + compresseur

Dernière chose, histoire de réduire les coûts, il est bon de savoir qu'il existe des packs tout faits comprenant aéro + compresseur, à des tarifs plus intéressants en général : perso je conseille celui-ci, qui a l'avantage de comprendre l'aérographe et le compresseur que je conseillais à titre perso (mais il y en a plein d'autres, si jamais).

 


 

Les accessoires

Qui dit aéro dit un minimum de matériel pour en profiter pleinement, on n'y pense pas toujours automatiquement, alors j'ai listé ici les accessoires nécessaires à la pratique de l'aérographe.

A - Les trucs qu'il FAUT avoir

  1. Tuyau gainé renforcé pour connecter le compresseur à l'aérographe (bien vérifier les connecteurs et prendre un modèle compatible ! Attention, si vous prenez un combo aéro + compresseur, en général ce câble est fourni avec)
  2. Support à aérographe pour tenir l'aéro pendant que vous faites autre chose ou que vous gérez vos couleurs ; un support simple fait l'affaire pour moins de 10 euros, sinon vous pouvez envisager la station de nettoyage avec filtre et support qui permet à la fois de tenir l'aérographe mais aussi de vider le contenu du godet entre 2 nettoyages dans une cuve qui filtrera les microparticules éjectées.
  3. Pas vital mais pratique, du scotch de masquage, afin de cacher et protéger certaines partie de vos figurines pendant que vous peignez le reste sans risquer de déborder.
  4. Une bouteille de diluant (médium), n'hésitez pas à en prendre un grand, sachant que le diluant servira autant pour la dilution de vos couleurs que pour le nettoyage du godet entre 2 couleurs.
  5. Une bouteille de nettoyant pour aérographe, le produit qui servira à nettoyer votre aéro une fois son utilisation terminée.
  6. Des outils de nettoyage ; pointes pour les buses, goupillons pour le corps de l'aéro...
  7. Si vous utilisez des pots GW, des pipettes pour prendre et doser votre peinture (sinon bon courage pour pas en foutre partout et vider vos pots en 2 jours). Si vous utilisez des peintures PA, Army Painter ou autre pas besoin, leurs pots disposant d'un petit bec verseur tout à fait approprié.
  8. Probablement le plus important pour votre santé ! Un masque filtrant sans entretien pour filtrer les micro-particules de peinture, de diluant et de produits divers très mauvaises pour les poumons et qui sont projetés par l'aérographe ! Perso j'utilise un masque filtrant sans entretien de ce type, qui a l'avantage de filtrer les particules, d'être peu cher et de nécessiter aucun entretien. Ne plaisantez pas avec ça !

B - Facultatif mais parfois utile

Pour terminer ce n'est absolument pas obligatoire, mais notez en bonus pour les plus fainéants du nettoyage que le combo bain à ultrason et un mélange Glanzer + eau claire fait des miracles (en plus d'être très efficace pour décaper figs plastiques comme figs métal ^^) : c'est absolument facultatif, mais si le Père Noël est généraux et que vous n'êtes pas à 40 euros près, c'est très pratique !

Concernant les gens qui travailleraient dans des pièces très petites et/ou mal aérées, il existe des cabines de peintures ventilées et filtrantes (une centaine d'euros environ) qui peuvent être utiles dans ce genre de conditions.

C - La peinture

Pour la peinture, c'est simple, tout fonctionne, la seule contrainte étant d'avoir la bonne dilution pour qu'elle ne soit pas trop liquide (au risque de couler comme un wash) ni trop épaisse (au risque de crachoter voire de boucher la buse).
Si vous utilisez des peintures classique, la dilution au médium sera donc nécessaire.

Pour les plus fainéants (j'en fait partie), sachez que Vallejo et GW proposent des gammes Air, dont la dilution est spécialement adaptée à l'aéro, et particulièrement pratiques ; pas besoin de gérer la dilution au cas par cas.
Perso j'utilise la gamme Air de GW, que je trouve très bien et plutôt complète, autant pour mon aérographe que pour peindre ensuite au pinceau des couches d'éclaircissements (ces peintures étant déjà très diluées et donc particulièrement adaptées au passage de couches transparentes successives)

 


 

Conclusion

Voilà, on a fait le tour !

Histoire de vous faciliter la vie, la bonne adresse pour tout ce qui concerne la matériel d'aérographie en France : https://www.boutiqueaerographe.com (Je précise que je ne suis absolument pas sponsorisé 😉 C'est juste vraiment une bonne adresse ! ^^)

En espérant que tout ça vous aura aidé à choisir votre aérographe et vous permettra de vous y retrouver dans le domaine ! Si vous avez des questions spécifiques, n'hésitez pas à les poser en commentaire, j'essayerais d'y répondre au mieux, voire de compléter l'article si il manque des choses !

Et si l'article vous a été utile et vous a aidé à y voir plus clair, pensez à partager l'article, et, si le Père Noël a vraiment été très très généreux cette année,  à soutenir le blog ! 😉
Quant à nous, on se retrouve bientôt pour un article sur les premiers pas avec son aérographe !

 

8 Comments

  1. VERGNES
    14 décembre 2017
    Reply

    A la recherche d’un aérographe pour ma fille, ce blog est le premier article utile que je trouve pour m’aider dans mon choix. Novice, il est difficile de savoir quel type choisir quelle peinture adopter, s’il faut un solvant…

    Merci du coup de main!

    • VinZ
      14 décembre 2017
      Reply

      De rien, avec plaisir, ça fait toujours plaisir de lire ce genre de commentaire ! 🙂

  2. Tiquolol
    15 décembre 2017
    Reply

    Ton topic m’aide bien également, je vais me lancer dans l’aérographe après moult hésitations !
    Merci mec.

    • VinZ
      15 décembre 2017
      Reply

      De rien !
      Je prévois d’autres billets sur la question très bientôt (les premières utilisations, des techniques, l’entretien…), n’hésites pas à repasser !

  3. Yann
    2 mai 2018
    Reply

    Salut !

    Merci pour cet article très complet qui permet de mieux appréhender ce nouvel outil, et qui répond à énormément de questions qu’on se pose quand on envisage de s’y mettre 🙂
    J’ai bien apprécié la mise en garde pour le port du masque. La santé c’est primordial, bravo !

    Super boulot.

    • VinZ
      3 mai 2018
      Reply

      Merci beaucoup, content que ça t’ai été utile ! ^^

  4. Arnaud
    10 mai 2018
    Reply

    Merci pour cet article, très utile, simple et clair.
    Une question tout de même : l’aérographe est-il utilisable aisément pour réaliser les sous-couches des figurines… Et si oui, avec quel type de peinture (l’idéal pour moi serait de pouvoir utiliser ma gamme army painter habituel, histoire de pouvoir sous-coucher directement avec des teintes variées, mais, je ne suis pas certain que cela soit possible).
    Merci par avance pour votre aide.
    Arnaud

    • VinZ
      10 mai 2018
      Reply

      Alors oui, c’est utilisable pour sous-coucher, il faut juste utiliser les peintures adéquates (de l’acrylique polyuréthane) ; par exemple le black primer GW.
      Maintenant, la question c’est le gain de temps : pour moi il est toujours plus simple de passer un coup de bombe avant de prendre l’aéro…

      Cependant, la sous couche n’a normalement pas pour mission de servir de base de couleur à la figurine, mais bien de permettre l’accrochage de l’acrylique sur la matière de la figurine ; la base de couleur c’est une étape à part et qui ne remplace par le sous-couchage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

l'auteur Le blog a pour objectif
d’aborder la peinture
sur figurines et l’univers
du jeu de figurine / jeu de plateau en général ; tutoriaux, pas à pas, reviews, bonnes pratiques, tests, tips et astuces…

Si le hobby et la peinture de figurines vous intéresse, si vous voulez partager et échanger à ce sujet, apprendre à peindre rapidement de jolies figurines, découvrir des méthodes pratiques et des tips sympas, vous êtes au bon endroit !

Des sous pour manger svp


Tu as envie de m'aider un peu à produire d'autres tutos ? Tu veux soutenir l'effort de guerre ? Ou tu as simplement trop d'argent ? Tu peux faire un don !

Les prochains figostages


S'abonner au blog

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.